Historiaphil

Recherche avancée

De à

(ex. 2009)

Nos thèmes

Newsletter

Paiement sécurisé

paypal cic
cb visa mastercard
cheque virement

Notre société

Editions Philatéliques Européennes

Palais de l'Europe et IPE IV
Strasbourg France
+33 3 88 35 08 88
info@historiaphil.com

Jean-Luc Staedel

> Expert en philatélie

Maison fondée en 1946
Membre CNEP et AIJP

CNEP AIJP

NIEM17-5 : 2017 Maxi-FDC France-Russie "Rgt Normandie-Niemen / de Gaulle / Pouyade"

NIEM17-5 : (TYPE3) Maxi-FDC “75 ans du Régiment de chasse NORMANDIE-NIEMEN /
2ème campagne sur le Front Russe - Vitebsk, Berezina, Minsk, Niémen - Staline décerne au Régiment le titre de Niémen“
Jumelage philatélique Emission conjointe Premier Jour Fédération de Russie - France“


1) Affranchissement France Marianne ecopli sur porte-timbre “75e anniversaire Normandie-
Niémen / Gal de Gaulle et Commandant Pouyade 1943/44 (2017)“
oblitération Paris “1er Jour Régiment de chasse Normandie-Niémen 1942-2017“ 01.09.2017

2) Affranchissement Russie 41r “Normandie-Niémen 1942 (2017)“
oblitération Expo philatélique Conseil de l'Europe “Fédération de Russie - République Française, Normandie-Niémen 1942-2017“ 01.09.2017

Edition Collector, tirée à seulement 50 exemplaires numérotés. Très rare

NIEM17-5

01/09/2017


Prix : 17,50 €



“Le régiment Normandie-Niémen, cette magnifique unité, seule force occidentale combattante sur le front de l’est“
Le Général de Gaulle souligne à juste titre la valeur symbolique de cette présence, unique dans l'histoire de la seconde guerre mondiale.



5240 missions, 273 victoires confirmées, 37 probables. C'est le palmarès du Groupe de Chasse "Normandie-Niémen" qui fait de ce Régiment l'unité française la plus titrée de tous les temps. Le "GC3 Normandie" a été créé en septembre 1942 par le Général de Gaulle pour représenter la France Libre combattante sur le front de l'est. Son histoire est l'une des plus exceptionnelles de l'aviation militaire. Parmi cette poignée de Français, certains ont fait la moitié du tour du monde, comme le commandant Pouyade, pour venir se battre aux côtés des Russes. Les années ont passé, mais aucun citoyen russe n'a oublié cette fraternité d'armes, illustrée de façon poignante par la mort tragique du pilote français de Seynes et de son mécano soviétique Bielozoub. Et dans toutes les écoles de Russie, on enseigne, à propos de la "Grande Guerre Patriotique"
de 1941-45, l'histoire des pilotes français...

Au même titre que la "2ème D.B.", le "Normandie-Niémen" est devenu une légende. 96 pilotes, volontaires, dont 42 ne sont pas revenus, ont écrit cette glorieuse page d'histoire.
(source Mémorial Normandie Niemen)

Pierre Pouyade prend le commandement du Régiment qui deviendra le “Normandie-Niémen“  1943/44

Après la disparition du cdt Tulasne le 17 juillet 1943, c’est le cdt Pierre Pouyade qui prend le commandement du groupe qui ne compte plus que huit survivants.

Le  4 août,  les  mécaniciens  français  sont  remplacés  par  des  soviétiques.  Le  "Normandie",  ayant  reçu  de nouveaux renforts, se déplace vers Smolensk où il effectue de nombreuses missions .  Partout,  le  groupe s'illustre, accumulant les victoires. Mais les pertes sont terribles. 1943  est  particulièrement  meurtrière.  Après  les  six premiers mois de combats, vingt-et-un pilotes sont morts, prisonniers ou disparus.  Le  6 novembre,  le  groupe,  qui compte alors plus de soixante-dix victoires, se replie à Toula pour l'hiver avec ses quelques survivants. Au cours de l'hiver 1943-1944, le groupe est réorganisé. Cinquante-deux nouveaux pilotes arrivent en renfort. Le groupe est porté à quatre escadrilles.
Fin mai 1944, le régiment est de retour sur le front. En  juin,  il  participe  au  soutien  de  l'offensive  soviétique  en  Biélorussie puis  en  Lituanie.  Les  troupes  soviétiques ayant progressé de plus de 400 km vers l'ouest, le groupe prend part à  la  bataille  de  franchissement  du  Niémen,  assurant  la  protection  des troupes. L'Armée rouge parvient à ouvrir une brèche de plus de 200 km de large sur 50 de profondeur dans les lignes allemandes. (source : www.cheminsdememoire.gouv.fr)
31 juillet 1944 : Pour ses actions d’éclats,  Staline signe un “Ptikaz“ décernant au régiment le titre de “Niémen“, devenant ainsi le "Normandie-Niémen".
Le  16 octobre 1944,  l'offensive  de  Prusse  commence.  En  une  seule journée,  le  régiment,  équipé  de  Yak 3,  abat  vingt-neuf  appareils,  sans éprouver  aucune  perte.  Après  une  semaine  de  combats,  les  premiers éléments soviétiques franchissent les lignes allemandes. Les missions sur les arrières de l'ennemi sont nombreuses. Le 27 novembre, les pilotes se posent pour la première fois en territoire prussien.
Le 9 décembre 1944, tous  les  hommes  du  "Normandie-Niémen"  se  rendent  à  Moscou  pour rencontrer  le  général  de  Gaulle  en  visite  officielle  en  Union  soviétique. Le fanion du régiment reçoit alors la Croix de la Libération.