Historiaphil

Recherche avancée

De à

(ex. 2009)

Nos thèmes

Newsletter

Paiement sécurisé

paypal cic
cb visa mastercard
cheque virement

Notre société

Editions Philatéliques Européennes

Palais de l'Europe et IPE IV
Strasbourg France
+33 3 88 35 08 88
info@historiaphil.com

Jean-Luc Staedel

> Expert en philatélie

Maison fondée en 1946
Membre CNEP et AIJP

CNEP AIJP

PE472 : 2003 - FDC 1er Jour timbre français MASSOUD 1953-2001

N°PE472 : Enveloppe FDC «à la mémoire du Commandant Massoud» oblitération «1er Jour» Paris 9.9.2003
affranchissement 1 valeur «Ahmad Shah Massoud 1953-2001»
+ liaison postale «Conseil de l'Europe». Le timbre français «Ahmad Shah MASSOUD 1953-2001» de l'artiste Taraskoff a été présenté officiellement dans l'espace philatélie du bâtiment Louise Weiss, lors de la session plénière du Parlement européen à Strasbourg (22-25.9.2003). 

PE472

09/09/2003


Prix : 10,00 €



A la mémoire du Commandant Massoud (1953-2001) Pour ses enfants, pour son pays, Ahmad Shah Massoud rêvait de la paix. En 1979, l'URSS envahit l'Afghanistan. Massoud, surnom qui signifie le chanceux, prend les armes avec quelques maquisards. Cet admirateur du Général de Gaulle, ancien élève du lycée français de Kaboul, organise la résistance et lutte contre l'armée rouge avec un arsenal rudimentaire. Malgré les difficultés, la résistance s'amplifie. Et l'incroyable vient. Au bout de dix ans de combats meurtriers, l'Union Soviétique se retire d'Afghanistan.
En 1992, Massoud, désormais surnommé le Lion (ou l'Aigle) de Panshir, entre dans Kaboul où les diverses factions de moudjahidin ne tardent pas à s'entre-déchirer. Massoud quitte la ville en 1996, à l'approche des talibans, afin d'éviter un massacre. A la tête de l'Alliance du Nord, ce fervent musulman combat l'intégrisme. Il dénonce le terrorisme et l'ingérence étrangère en Afghanistan. La destruction des Bouddhas de Barniyan révèle au monde entier la folie du régime taliban. 5.4.2001 : le Commandant MASSOUD est reçu au Parlement européen de Strasbourg A mon invitation, Massoud vient alors au Parlement européen de Strasbourg et, en artisan de paix, y lance un vibrant appel pour qu'une solution politique sorte son pays d'une dramatique impasse. Il sera également reçu à Paris et à Bruxelles, en avril 2001.
Il me déclare, en nous quittant : «Madame la Présidente, je vous donne rendez-vous d'ici quelque temps dans Kaboul libérée.» Le destin ne lui en laissera pas le temps. Le 9 septembre 2001, il est assassiné par deux terroristes. Ses proches taisent pendant quelques jours la mort de leur chef charismatique, afin de ne pas décourager ceux qui, avec lui, combattent les talibans. Le 11 septembre, Al Qaida détruit le World Trade Center. Le 15, le décès de Massoud est officialisé. Les troupes de l'Alliance du Nord reçoivent enfin l'aide qu'ils avaient tant réclamée de son vivant. Après la chute des talibans, j'espère ardemment que les enfants de Massoud auront aujourd'hui, dans Kaboul libérée, rendez-vous avec la paix et la démocratie. Nicole Fontaine, ancienne Présidente du Parlement européen (1999-2002).