Historiaphil

Recherche avancée

De à

(ex. 2009)

Nos thèmes

Newsletter

Paiement sécurisé

paypal cic
cb visa mastercard
cheque virement

Notre société

Editions Philatéliques Européennes

Palais de l'Europe et IPE IV
Strasbourg France
+33 3 88 35 08 88
info@historiaphil.com

Jean-Luc Staedel

> Expert en philatélie

Maison fondée en 1946
Membre CNEP et AIJP

CNEP AIJP

CE14-IIIa : 1963 Env CE 'de Gaulle dit NON à la candidature britannique au Marché Commun'

N°CE14-IIIa-T2-T3 :  Enveloppe officielle de service Conseil de l’Europe Strasbourg, Assemblée Consultative du Conseil de l'Europe, 14e session - 3e partie
"14.1.1963 Conférence de presse du général de Gaulle :
- NON à la candidature britannique au Marché Commun
- la coopération franco-allemande et l'Europe"

Affrt. France (TYPE3) 50F et 0,50F “Drapeau de l’Europe“
oblitération tàd Strasbourg “Conseil de l’Europe“ (type XI) 14.1.1963

Tirage limité N°1/50
RARE

CE14-IIIa-T2-T3

14/01/1963


Prix : 15,00 €



de Gaulle retarde le processus d’adhésion du Royaume-Uni,  le perçevant comme le “cheval de Troie des Etats-Unis“

Le 1er janvier 1973, la Communauté Economique Européenne s’élargit pour la première fois de six à neuf pays avec l’adhésion du Danemark, de l’Irlande et du Royaume-Uni. Pour adhérer à la CEE, ces pays ont du réunir deux critères : appartenir au continent européen et obtenir l’accord de tous les pays membres.

Or Charles de Gaulle, qui perçoit le Royaume-Uni comme le “cheval de Troie des Etats-Unis“, a refusé son adhésion à deux reprises (1963 et 1967). Comme les trois autres candidatures sont liées à celle de la Grande-Bretagne, en refusant cette dernière, de Gaulle empêche ainsi l’élargissement de l’Europe à dix pays (Irlande, Royaume-Uni, Danemark et Norvège) et isole la France de la CEE. Cet isolement s'est notamment concrétisé en 1967 par l'opposition d'un front uni contre la France où les cinq autres pays membres de la CEE ont revendiqué une ouverte immédiate des négociations avec le Royaume-Uni. Ces cinq pays membres voient dans l'élargissement un intérêt particulier. En effet, l'Allemagne le considère comme un moyen d'obtenir des débouchés accrus pour ses produits industriels. Hostiles à l'hégémonie française, l'Italie et les pays du Benelux sont favorables à l'entrée du Royaume-Uni dans le marché commun afin de faire contrepoids à la France.

Jusqu'en 1969, l'élargissement est bloqué par le président français en raison des rapports étroits qu'entretiennent les britanniques avec les pays du Commonwealth et les Etats-Unis. Charles de Gaulle pense que cette adhésion peut compromettre la nature européenne de la communauté et sa capacité à équilibrer la puissance américaine. C'est après son départ en 1969 que l'élargissement devient enfin possible.
(source : histoire-pour-tous.fr)