CENT18-1PT1-3: 2018FR- 3 cind blocks ARMISTICE 1918 Foch, Pershing, Haig, Currie

€12.00
Quantity

CENT18-1PT1-3 : 2018 France - set of Marianne on cinderella stamp blocks of 6, perforated und gummed  “Centenary of Armistice 1918-2018 / Allied 100 Days Offensive / Allied Generals : Foch (France), Pershing (US), Haig (GB), Currie (CDN)“
Postage France “Marianne l’Engagée 2018“ (TVP prio 20g et 0,10€, Lettre Verte 20g et 0,01€,
Ecopli 20g et 0,05€)

les derniers jours qui ont mis un terme à la première guerre mondiale -

OFFENSIVE ALLIÉE VICTORIEUSE DES 100 JOURS  août - nov. 1918

Les grandes offensives allemandes sur le front de l'Ouest, débutées avec l'opération Michael en mars 1918, ont tourné court en juillet. Les Allemands ont réussi à atteindre la Marne mais n'ont pas réussi à réaliser une percée décisive. Lorsque ces offensives prirent fin en juillet, le commandant suprême des forces alliées, le maréchal français Foch, ordonna une contre-offensive qui est connue sous le nom de seconde bataille de la Marne. Les Allemands, se rendant compte que leur position était intenable, se retirèrent de la Marne vers le nord.

Foch estima alors que le moment était venu pour les Alliés de repasser à l'offensive. Les Américains étaient désormais présents en France en grand nombre et leur présence avait revigoré les armées françaises. Leur commandant, le général John Pershing, a tenu à utiliser son armée de façon indépendante. L'armée britannique a également été renforcée par un grand nombre de soldats de retour de campagnes en Palestine et en Italie et par un grand nombre de réservistes retenus auparavant en Grande-Bretagne par le Premier ministre David Lloyd George.

Foch approuva une proposition du maréchal Douglas Haig, commandant du corps expéditionnaire britannique, d'attaquer sur la Somme, à l'est d'Amiens et au sud-ouest du champ de bataille de la Somme en 1916. La Somme a été choisie comme site approprié pour l'offensive pour plusieurs raisons. Comme en 1916, elle constituait la frontière entre les armées britanniques et françaises, définie par la route Amiens-Roye, permettant aux deux armées de coopérer. Ensuite, la campagne picarde fournissait un bon terrain pour les tanks, ce qui n'était pas le cas en Flandre. Enfin, les défenses allemandes, assurées par la deuxième armée allemande du général Georg von der Marwitz, étaient relativement faibles, ayant été soumises à des incursions continuelles par les Australiens dans un processus appelé Peaceful Penetration. Source : wikipedia.org

CENT18-1PT1-3
36 Items

Data sheet

dateemission
11/11/2018


You might also like