PE527 : 2006 - Visite officielle du Pdt de la Géorgie
  • PE527 : 2006 - Visite officielle du Pdt de la Géorgie

PE527 : 2006 - Official Visit of the Pdt of Georgia, M. Saakachvili

€10.00
Quantity

N°PE527: FDC Session of the European Parliament - November 2006
- "Allocution of M. Mikhaïl SAAKACHVILI, President of the Georgian Republic" - "Agreement in sight abou the Directive Service" - "Situation in Gaza" - "Economic Performances in the euro area" - "Work Programm 2007 of the Commission" - "Games played for money and and sportive bets without frontiers?" - "Strategy for the marine center". Cancellation illustrated postmark "European Parliament" 14.11.2006
Postage 1 value PS 0,54 EUR "Shared memory".

Drawing N° 1/300

Deux invités se succèdent devant les europdéputés du Parlement européen de Strasbourg.

14.11.2006 : L'appel au dialogue de Mikhaïl Saakachvili, Président de la République de Géorgie

Dans un long discours devant le Parlement européen, mêlant le géorgien, l'anglais, le français et l'espagnol, le président géorgien Mikhaïl Saakachvili a demandé l'aide de l'Europe dans les différends qui opposent son pays à la Russie.

Même si l'intention du chef de l'Etat géorgien n'était pas, selon ses dires, de « créer un climat anti-russe en Europe », la dénonciation de la politique moscovite à l'égard de Tbilissi a plutôt rencontré de la sympathie dans l'hémicycle. Et si la Russie réagit de manière aussi violente à l'égard de la Géorgie, en imposant un blocus et en expulsant des Géorgiens, c'est pour « nous sanctionner parce que nous voulons nous rapprocher des sphères euro-atlantiques. Même un petit pays a le droit de choisir sa destinée, nous voulons être un partenaire de la Russie, pas un satellite ».

[...] Tbilissi recherche le dialogue avec Moscou et avec les régions séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. Dans l'Etat géorgien, il y aurait de la place pour toutes les minorités...

Un grand regret : ne pas avoir d'opposition

Le président Saakachvili a ensuite longuement énuméré les progrès réalisés depuis son avènement au pouvoir il y a trois ans : « Il n'y a plus de police qui rackette et qui harcèle, la presse est libre et un système juridique à l'occidentale se met en place ». Un seul regret : « Je n'ai pas de vraie opposition. Rien n'est pire pour un gouvernement que de ne pas se heurter tous les jours à l'opposition. J'espère qu'elle viendra »[...].

15.11.2006 : L'Emir du Qatar devant l'hémicycle avec un plaidoyer pour la démocratie

C'est un hôte inhabituel qu'a accueilli le Parlement européen : le Cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, émir du Qatar, qui a son franc-parler [...].

En outre, l'émir parle sans détours. Ainsi, tout en louant la démocratie inscrite dans le Coran sous la forme de la « Choura », il a critiqué le double langage des Européens : « Le gouvernement palestinien constitué par le Hamas devrait se voir accorder l'opportunité de travailler pour le peuple qui l'a élu. Plutôt que d'être salué pour sa pratique de la démocratie, fait rarissime dans notre région, le peuple palestinien a été pénalisé pour cela. N'est-ce pas là une politique de deux poids, deux mesures : exiger des élections libres puis en contester le résultat ? »

Plus consensuel, l'émir a appelé Israéliens et Palestiniens à respecter les décisions du Conseil de sécurité de l'ONU. Il a été très applaudi lorsqu'il a lancé un « appel aux gens de bonne volonté, de sagesse, tant en Occident qu'en Orient, pour faire bloc contre les appels à la haine et à l'intolérance ».
Sources DNA

PE527
36 Items

Data sheet

dateemission
14/11/2006


You might also like